De vous à moi…

IMG_9543

Pour fêter mes 7ans d’activités, j’ai choisi de répondre à 7 questions qui m’ont été posées via ma page Facebook. Une manière de vous en dire plus…

Delphine: Qu’est ce qui t’a donné la passion de la photographie au point d’en faire ton métier ?‬

R : Je ne sais pas le point de départ de la passion. Je sais juste que petite je passais un temps fou dans les tiroirs à la recherche de trésors, d’avoir trouvé des photos et que je passais beaucoup de temps à les regarder, sans me lasser… et parfois j’en prenais avec moi dans mon cartable. Bien plus tard, j’ai eu envie de m’acheter un appareil, je crois que j’avais 20ans et je me suis passionné pour la nature, l’infiniment petit, la poésie qui pouvait en ressortir… C’était comme ouvrir la porte sur un nouveau monde ! Et ce n’est qu’après un accident de voiture que j’ai commencé à faire des portraits, m’intéresser plus au rapport à l’humain et surtout que j’ai enfin oser à aller à la rencontre d’autrui. L’après accident m’a fait considéré que la vie est une chance et j’ai voulu tout mettre en place pour vivre de ma passion mais tout en gardant les pieds sur terre..

‪Francoise: Avec quels yeux regardes tu le monde ?‬

R : Un regard plein de délicatesse et de tendresse. J’essaye de garder mon âme d’enfant et je m’émerveille assez facilement.

Titouan: Si tu étais une partie du corps laquelle serait-tu ?‬

R : Les yeux car on peut percevoir tellement de choses dans les yeux et par les yeux… C’est intéressant, une sorte de porte sur l’âme.

Anne-Sophie: Quel est ton moment préféré lors d’une séance? (mariage ou engagement)‬

R : Ce que je préfère c’est l’avant-séance, la rencontre ou le petit moment ou je retrouve les personnes, les couples pour prendre un petit café, manger un bout, me balader afin de nous immerger dans une ambiance plus détendue. Et, puis ensuite il y en a tellement et ce ne sont jamais les mêmes d’un reportage à l’autre…. Les ambiances, émotions, le partage… Rien à jeter au final, j’aime tout !

‪Martine: Tes photos sont tellement emplies de poésie, n’as tu pas l’impression d’être plus une « confidente de vie » de tes clients que la photographe parfois?‬

R : C’est tout à fait cela et c’est pour cela que j’aime tant mon métier. Photographe, pour moi, c’est en rapport étroit avec l’humain. Et il y a la notion d’écoute et de partage indéniablement lié à tout cela.

Sarah: À force de photographier les mariages, est-ce que tu n’est pas « dégoutée »? Est-ce que ça ne t’a pas coupé l’envie de te marier toi même un jour?

R : Pour être totalement honnête, je ne pensais faire que quelques mariages au départ dans l’unique but de me faire connaître. Mais, malgré quelques déconvenues qui aurait pu me freiner la première année, je me suis surprise à aimer cela et ne plus pouvoir m’en passer. Je me limite quand même à un certain nombre par an pour avoir le temps de faire d’autres choses à coté. (séances et projets) Le fait d’avoir fait de belles rencontres, d’avoir croisé la route de couples adorables fait que je ne m’en lasse pas. J’adore être le témoin privilégié de ces histoires qui sont uniques mais qui ont pour point commun les formidables rencontres humaines qui en découlent !!! Et pour l’envie de me marier, je dirai que quand on a la chance d’avoir trouvé sa moitié, comme moi, rien ne peut entamer les envies et projets d’avenir…

‪Benjamin: Vous exercez une profession qui demande beaucoup de silence, qui impose beaucoup d’absence du monde réel… ‬Qu’est ce qui selon vous, rend une photo vivante ? ‬

R: Ce qui rend une photo vivante, pour moi, c’est le regard que l’on porte dessus… Tout comme celui que l’on porte sur la vie, ce qui nous entoure, c’est ce regard que l’on entrelace à la photo au moment ou l’on choisi de déclencher, de saisir une bribe de vie, un moment furtif et fugitif que l’on capture. Cela va très vite, tout part d’une intention, celle que l’on met au moment ou l’on appuie sur le déclencheur. Du coup chaque personne, portant un regard différent, faire vivre la photo d’une manière tout autre que celui qui l’a prise. Chacun est libre de faire son interprétation, de voyager à l’intérieur de la photo. Elle va raconter son histoire et elle est peut-être différente à chaque regard que l’on pose dessus. C’est cela que je trouve formidable, rien n’est jamais figé pourtant l’on part d’un moment qui semble figé au travers d’un cliché.